Joueuse pro, animatrice TV, blogueuse et ambassadrice de l’E-sport français. J’ai eu l’occasion d’interviewer Kayane, durant la Geek Unchained 3 à Mulhouse.

Si vous arpentez les tournois de jeux de bastons, ou regardez l’émission #TeamG1, vous connaissez certainement Kayane. De son vraie nom Marie-Laure Norindr, elle avait commencé à participer à des tournois de VS Fighting, dès l’âge de 9 ans. Très vite, la e-combattante va vite se faire un nom dans la communauté, nous faisant comprendre qu’il n’y a pas de restrictions parmi les sexes. Sans aller dans les détails, voici quelques points à retenir sur notre Kayane nationale :

  • Vice championne de Dead or Alive 2 à 9 ans
  • Une des meilleurs joueuses mondiales de la série Soul Calibur depuis 2002.
  • Championne du Female Inventational sur Super SF4 à l’EVO 2010
  • Classée dans plusieurs Top 8, Top 5 et Top 3 entre 2002 et 2012.
  • À participée aux tournois comme EVO, Major League Gaming, CEO, Stunfest, World Game Cup, Bushido et Gnouz Ranking.
  • Recordwoman dans le Guiness des records pour le nombre de tournois mixtes de VS Fighting.
  • Joue le piano aussi bien que le Stick Arcade.

L’interview avait été prise le Samedi 23 juin 2018, durant la Geek Unchained 3.

Quels sont tes premières impressions de la convention Geek Unchained, ainsi que ta première visite sur Mulhouse ?

Kayane : C’est ma première à Mulhouse et je passe déjà un très bon moment (on est que le Samedi après-midi). Donc, ça fait pas très longtemps que je suis là. Je suis très agréablement surprise de l’accueil du public, des joueurs, des organisateurs. Le salon est très sympathique, très chaleureux, donc ça fait vraiment plaisir. Et puis, ça fait toujours aussi plaisir de voir les autres invités et puis, je rencontre vraiment un nouveau public, parce que je ne suis jamais venue à Mulhouse.

Quels sont tes impressions concernant la situation du VS Fighting en 2018, concernant les jeux sortis ainsi que l’E-sport ?

Kayane : Il y a une année très chargée avec Dragon Ball FighterZ, Soul Calibur 6, Fighting EX Layer qui vient de sortir aux Etats-Unis, et qui va sortir fin juin en Europe. Et puis, il y aura Dead or Alive 6 en début d’année prochaine. Il y aura, sans doute, un Mortal Kombat XI annoncée plus tard aussi. Il y a vraiment beaucoup de choses en ce moment pour les jeux de combat, donc ça fait que l’on a vraiment une année bien chargé.

Et il y aura, en plus, un Dragon Ball FighterZ Tour. Donc, ça fait vraiment plaisir aussi de voir que la scène des jeux de combat va encore s’agrandir et se professionnaliser avec ce genre de circuit professionnel. Et que ça touche un jeu comme Dragon Ball FighterZ, qui est très populaire, particulièrement aux Etats-Unis et au Japon. Et donc, ça va faire encore de quoi faire vivre longtemps la scène des jeux de combat.

C’est surtout que Dragon Ball FighterZ, c’est un peu le jeu qui attire plus les joueurs occasionnels, contrairement à ceux qui sont déjà en lice, plus pour les adeptes du VS Fighting ?

C’est sur que Dragon Ball FighterZ attire deux publics. Déjà, les joueurs qui adore la licence Dragon Ball, mais aussi tous les joueurs de jeux de combat, peu importe l’univers dont on vient. Ça confond tout le monde, en faite. J’ai vraiment l’impression que c’est le jeu référent auquel tout le monde à au moins jouer une fois, pour s’essayer en tant que fan Dragon Ball ou fan de jeux de combat.

Que penses-tu des jeux indépendants, qui peuvent avoir une place dans un circuit de compétition (Them’s Fighting Herds, Gang Wars, Brawlhalla,….) ?

Kayane : Alors, de ces noms, je ne connais que Brawlhalla, qui est vraiment sympa. Même si j’ai trouvé que ça manquais un peu d’originalité. J’ai vraiment l’impression que c’est un copié-collé, en moins bien, de Super Smash Bros. Mais, il y a une vraie communauté, dessus. Il est accessible gratuitement. Donc, je vois que même le développeur tient à faire des tournois là-dessus, et entretient bien sa communauté.

Je vois même qu’il y a des gens sur Twitter, qui se disent joueur pro de ce jeu là. Comme quoi, il y a vraiment une scène sur le jeu qui est communautaire et en même temps, semi-pro. Je suis contente de voir que ça se bouge, même dans la scène des jeux indépendants.

Qu’en est-il de la place de la femme dans l’univers du VS Fighting ? Est-ce qu’il continue à évoluer malgré un environnement majoritairement masculin ?

Kayane : Il y a de plus en plus de joueuses dans la scène des jeux de combats. Donc, ça fait vraiment plaisir de voir ça. Il y a beaucoup au Japon, qui sont notamment sponsorisées. Je pense à Tani Kana et Yuyu sur Tekken 7. Sur Street Fighter, il y a Hatsume et Chokoblanka. Et sur DBFighterZ, malheureusement,il y en a moins. Mais il y a Yohosie, une américaine sur le jeu. Je pense qu’il y a de plus en plus de femmes qui jouent et il y a des rassemblement de joueuses qui sont, par exemple, au CEO ou par Combo Queens.

Il y a aussi certaines joueuses qui sont connues sur Twitch, et qui tentent (pour certaines) de tourner pro : comme Mikkot0, Irissia et Khloey. Les as-tu déjà vues ou rencontrées ?

Kayane : Oui, en France, c’est vrai. Il y a ces trois joueuses qui sont streameuses. Je vous souvent Irissia en tournoi. Je pense que Khloey participe, mais je l’ai vue qu’à un seul tournoi en Belgique. J’ai pas bien suivie comment elle joue Chun-Li, mais j’ai jouée contre Irissia et elle joue très bien.

Kayane défie le public sur scène (par Clic M Pic's)

Kayane défie le public sur scène (photo par Clic M Pic’s)

Concernant l’E3 2018, quels sont les conférences qui t’ont le plus satisfaite ?

Kayane : J’ai bien aimée Ubisoft, Sony c’était moyen par rapport à ce qu’ils ont fait il y a deux ans, quand ils ont annoncés FF7 Remake, Shenmue 3, et tout ça…C’est deux là. Moi, j’attend Soul Calibur 6 (rire), forcément. J’attends aussi Red Dead Redemption 2, même si on a pas vu de nouvelles choses.

J’imagine que ta grande déception dans l’E3 2018, c’est Square Enix, en faite ?

Kayane : Complètement. Square et même Nintendo, en faire. Square, j’ai pas compris pourquoi ils ont a fait une conférence, finalement. Et Nintendo, 35 minutes sur Super Smash Bros Ultimate, même si c’est bien pour la scène des jeux de combats, c’est un peu trop abusé. C’était pour montrer qu’il y avait un manque de contenu, sinon ils auraient fait que 15 minutes de conférences sur les autres jeux. En plus, c’est pas sur des contenus qui sont vraiment nouveaux. Donc, je m’attendais à un Bayonetta 3, un nouveau Yoshi ou un vrai nouveau Pokémon et pas “Let’s Go, Eevee & Pikachu” et puis un Pokémon GO…c’était moyen. J’espérai vraiement plus que ça.

L’OMS avait annoncé que l’addiction aux jeux vidéo est considéré comme une maladie mentale. Mais à ton avis, est-ce que c’est vraiment une maladie jugé comme existant ou alors, exagéré ?

Kayane : Pour moi, c’est exagéré de qualifier ça de maladie mentale. Surtout que les critères sur lesquels ils nous jugent “addicts”, sont vraiment, mal définies. Juste passer quelques heures sur un jeu, on peut déjà être défini comme “addict”, alors que c’est juste pas le cas. Et que pour des gens comme moi, dont c’est le métier, autant nous mettre tout de suite “addict”, parce qu’on y passe beaucoup de temps sur le même jeu, à chaque fois. Et ça n’empêche que ça ne change pas que j’ai la tête sur les épaules et sur Terre, et que tout va bien. Je ne comprends pas trop les critères sur lesquels ils ont défini ça, comme une maladie mentale.

As-tu des projets pour 2019, hors de la scène de compétition, notamment sur Soul Calibur 6 ?

Kayane : Ce sera mon principal focus et puis, être compétitif sur SC6, DOA6 et, peut-être, Tekken 7 si j’ai le temps. Mais en tout cas, à part ça, j’ai pas vraiment d’autres gros projets, parce que c’est vraiment mon focus, l’année prochaine.

Merci encore à toi, Kayane, pour cet interview et on espère te revoir prochainement, sur le territoire alsacien.

Photo de Kayane par Clic M Pic's

Photo de Kayane par Clic M Pic’s