On l’a tous eu lorsqu’on joue à un jeu compétitif : être sous tilt après plusieurs défaites. Je vous parle de mon expérience à cette effet, et comment s’en remettre.

Dans n’importe quel compétition, on donne le meilleur de soi. On le répète à chaque fois durant les cours de sports : l’important, c’est de participer. Qu’importe la défaite, il faut l’accepter comme une leçon pour être meilleur plus tard. Sauf si les séries de défaites peuvent vous faire mal à l’intérieur. Au point d’accumuler les erreurs, et ne pas accepter nos fautes. Ceci est l’effet du « Tilt ».

Le « tilt » est très commun au Poker. Selon la définition par le site Poker Strategy :

Tilt décrit un état dans lequel se trouve le joueur, où il n’est plus en mesure de contrôler son jeu à l’aide de décisions rationnelles, car il est submergé par des émotions trop fortes. Si, par exemple, un joueur a subi de trop grosses pertes, il peut arriver qu’il tente de rattraper ses pertes au plus vite, en jouant beaucoup de mains, et celles-ci très agressivement, et qu’il joue avec des mains relativement faibles pour de bien trop gros pots.Pokerstrategy.com

C’est très commun dans le Poker, où les joueurs doivent garder leur sang-froid et ne montrer aucune émotion. Mais il y a les joueurs qui sont agressifs dans leur style de jeu, surtout dans des situations désespérés. Mais ce syndrome se retrouve aussi présent, dans les compétitions d’e-sport, ou les matchs en ligne.

Étais-je dans une situation de tilt ?

La réponse est oui. Si vous avez vus certains de mes streams, durant mes matchs en ligne, il y a des moments où je me suis senti en tilt, après plusieurs défaites sur des jeux comme Street Fighter V, ou Soul Calibur 6. C’est surtout en rapport avec mon style de jeu, qui est de mettre la pression à l’adversaire, au point de lui faire craquer sa garde. C’est pour ça que je privilège des personnages comme Rashid ou Raphael.

Mais face à une personne qui connait son personnage, et passer outre ma défense, c’est une défaite assuré. Et quand les défaites s’accumulent, les erreurs de jeu aussi. Puis vient la colère contre le jeu, contre mon plein gré.

Dans mon cas, mes performances varient si je m’étais bien entraîné dans un jeu, ou dans ma santé mentale. Cela peut être à cause de la fatigue, n’avoir pas joué depuis un long moment, voir à cause d’une douloureuse expérience. Surtout que ça n’aide pas vu que j’ai une grosse complexité d’infériorité, et un besoin de comparer aux autres.

Bon, au moins, je n’étais pas tomber dans le vice du Scrublord. Pour info, un « Scrublord » (ou « garrigue » sur Google Translate) est un mauvais joueur, qui blâme tout et n’importe quoi dans le jeu, hormis leur style de jeu. Ils sont connus pour rager devant les joueurs, et ne pas montrer de « fair play ». Et lorsque leur rage atteint le seuil limite, il y a des chances que leur manettes (ou équipement PC) en paient les conséquences. Voir même, rage quitter le jeu en pleine partie (Salut à toi, LowTierGod).

Comment s’en sortir ?

Quand on est en tilt, la première chose est d’arrêter de jouer. Pas la peine de chercher à terminer la session avec une victoire. Ça ne risque que d’empirer.

Durant cette pause, il faut prendre du recul et essayer de s’occuper par autre chose : lire un livre, regarder un manga, faire des exercices de respiration ou du sport, et j’en passe. Durant cette pose, il est possible de regarder des matchs en ligne de joueurs pro, voir même nos propres replays afin de déceler les erreurs, quittes à les tester en mode entraînement.

Enfin, il n’y a pas de pression à retrouver en mode classement et de faire des parties amicales. Je parle principalement sur SFVAE, mais ça vaut le coup pour d’autres jeux comme Overwatch, League of Legends, Tekken 7, Counter-Strike, etc…

Si les symptômes empirent, allez-voir un spécialiste au plus vite ! Même si ce n’est qu’un jeu, ça peut avoir des effets néfastes sur votre santé, mais aussi votre entourage. Avant tout, le jeu reste pour le plaisir, non pour satisfaire notre égo.

Sinon, étiez-vous dans une situation de Tilt ? Comment faites-vous pour vous en sortir ?