Jouer un personnage qui est du sexe opposé, c’est ce qu’on appelle le crossplay cosplay. Pourquoi cette pratique est-il si fascinant, et pourquoi la soutenir ?

J’avais côtoyer l’univers du cosplay depuis un bon moment. J’avais vu le meilleur, mais aussi le pire de cet univers. Ce n’est pas pour dire que je me lance dans la création de costumes (niveau crafting, c’est zéro). Mais c’est avant tout pour soutenir ceux et celles qui donnent de leur temps pour devenir leur personnage favori en costume. C’est notamment le cas avec le Crossplay Cosplay, où l’art d’interpréter un personnage du sexe opposé à l’interprète.

Mais qu’est ce que le Crossplay Cosplay ?

Le Crossplay, dans le monde du cosplay, c’est d’incarner un personnage du sexe opposé au sien. Attention, il ne faut pas confondre avec le Genderbend (alias la règle 63). Ici, on incarne un personnage en changeant son sexe (Solid Snake féminin, Lara Croft masculin,…). Le style de Crossplay peut être classique ou « ironiquement » (sans cache son genre au public).

L’art du Crossplay n’est pas né avec la pratique du cosplay. On peut le lier avec le cross-dressing, voir le travestissement. On peut aller loin en citant divers figures historiques, comme pour s’être fait passer pour une personne du sexe opposé (Jeanne d’Arc, Hua Mulan, Marcel Duchamps), voir dans le domaine artistique, comme au théâtre, ou même dans la culture folklorique. Pour dire que le Crossplay n’est pas quelque chose de nouveau.

Pourquoi soutenir la pratique du crossplay ?

Avant tout de chose, il faut savoir que je ne pratique pas le cosplay. Je reste avant tout intéressé par cet univers, sans pour autant me lancer dans la pratique. Toutefois, je soutien la mention que le cosplay est pour tous, ainsi que leur pratique, dont le crossplay.

Sauf s’il s’agit de fait du style ironique (ergo sans maquillage ou props), c’est autant plus de boulot à réalisé dans la conception du costume, mais aussi le make-up et le travail des gestes. Pour un homme, il s’agit d’enlever les ombrages, raser la barbe, se faire une fausse poitrine, ou autre. C’est aussi un travail de double interprétation. Il ne s’agit pas d’incarner un personnage, mais aussi un genre différent. De plus, certains cosplayers de haut niveau peuvent facilement tromper l’œil du public. Ce qui reste surprenant !

Mais avec le développement du crossplay, vient le soucis des préjugés par le grand public. Cela peut entraîner des jugements négatives envers ceux qui le pratiquent. Mais il faut savoir que le crossplay n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle, mais plus par plaisir d’interpréter un personnage qui leur tiens à cœur, malgré la peur du regard des autres. Et il y a eu même des instances où l’on voit des mots d’encouragements et des remarques positives quand à leur résultat.

Au final, le crossplay est une façon d’interpréter un genre. Malgré que la plupart ont du mal à l’accepter, la communauté reste très ouvert et tolérant à cette pratique. Et ça, c’est une bonne chose !

Sinon : que pensez-vous de la pratique du crossplay ? Est-ce que vous le pratiquez ? Quels ont été les retours avec la communauté et le grand public ?

(Image en avant : Bridget de Guilty Gear)