Avec les quelques années passés à connaître l’univers du cosplay, il y a des choses que je n’apprécie pas du tout. Voici une liste de cinq choses détestables dans le cosplay.

Depuis le lancement de mon blog, j’avais commencé à m’intéresser à l’univers du Cosplay. J’avais connu cet univers depuis que j’avais visité les pages Deviantart, mais je n’étais pas aller plus loin. Mais dès que j’avais commencé mon initiation à la photographie, j’ai vite compris la chose qui me plaît avec le Cosplay : donner vie au personnage fictif à travers le costume et le jeu de rôle. D’un point de vue d’amateur, je respecte et admire le travail des cosplayeurs qui dédient leurs temps à la conception du costume (voir au jeu de rôle, si le costume n’est pas personnel). Depuis ma première convention en 2015, j’avais rencontré divers personnes exceptionnels, issus du cosplay (mais aussi du Gaming). Et je reste comblé de leur soutien et participation, malgré les hauts et bas.

Cependant, en voyant l’univers du Cosplay de plus près, on peut s’apercevoir de points qui sont détestables. Au point d’en être dégoutté, voir de se questionner sur la participation à cette communauté. Le but n’est pas de mentionner des noms ou d’insulter les personnes issus de la communauté. C’est avant tout de parler des points qui peuvent ruiner cette culture. Et si vous avez une expérience à partager, n’hésitez pas à en parler sur les RS ou en commentaires.

1. Cosplay Shaming entre fans et cosplayers

J’en avais parlé en détails sur le problème du cosplay shaming : insulter les cosplayeurs par rapport à leur couleur de peau, leur corps, ou même leur orientation sexuelle. Durant mes passages en convention, j’avais rencontré divers personnes aux formes, origines et orientation différents. Avant tout, le cosplay reste de jouer le rôle d’un personnage. Le travail du jeu de rôle, ainsi que la réalisation du costume, reste important. Le Genderbend et le Cross Play en font partie.

Mais ce qui est énervant, c’est de voir certaines personnes se faire lyncher en ligne pour plusieurs raisons. Dans la plupart des cas, c’est pour troller le groupe, et inciter à une réaction de la victime. La pire situation reste celui qui vole les photos privées, pour soutirer quelque chose.

Le seul conseil à donner est de ne pas céder à la pression. Il existe des lois contre le cyber-harcèlement et des fonctionnalités pour bloquer les personnes en ligne.

2. Egomania is running wild!!

Contre le harcèlement, c’est une chose. Mais qu’en est-il de l’égo des cosplayeurs ? Une chose qui peut m’énerver, c’est le comportement de ceux qui se prétendent supérieur aux autres. Ces personnes qui semblent amicales, mais ne semble s’intéresser qu’à leur propre estime.

Tout le monde veulent atteindre le même niveau que les plus grands cosplayeurs dans le monde. Mais encore, le cosplay est un travail en soi, pas seulement dans la réalisation des costumes. Il faut savoir connaître ses limites et rester humble aux opportunités qui sont offerts.

Rien n’est pire que les prétentieux se croyant supérieurs à tout. Surtout ceux qui essaient d’avoir la compassion du public, pour se sentir apprécié.

En bref, les grosses têtes risquent d’exister, quelque soit les circonstances.

3. « Cosplay is not consent ». Oui, mais…

Avec l’importance contre l’harcèlement dans notre société, c’est aussi le cas dans l’univers du Cosplay. J’en avais parlé dans le Cosplay Shaming, et ça va de soit à l’égard de personnes harcelés à cause de leur tenue légères. J’avais entendu des histoires de personnes (notamment des photographes) ayant une vision pervers, rendant le cosplayeur dans une situation inconfortable. Surtout dans le cas où les équipements peuvent être cassés, car la plupart sont fragiles.

Bien que les femmes sont plus souvent les victimes, la même chose peut être dit avec les hommes. Comme exemple, le cas avec la cosplayeuse Mariah Mallard, alias Momokun.

La situation s’était déroulé durant le LVLUP Expo 2017. Dans la vidéo ci-dessous, on la voit en train de toucher le derrière d’un fan, sans son consentement. Tout ça, pour un stupide pari.

Le pire, c’est que la mentalité des personnes pensent que les hommes sont souvent les coupables dans l’affaire. Si les rôles ont été inversés, la personne serait certainement éjecté de l’événement.

Et ce n’est pas la dernière fois que je parlerai de Momokun, notamment à ce sujet.

4. « Cosplay is not to sexualize »

Selon la règle 34 d’Internet : « si ça existe, il y a du porno à ce sujet »…malgré qu’il n’y en a pas, surtout en convention. C’est avant tout dans la tentative de sur-sexualiser un personnage, qu’il ne l’est pas auparavant.

Maintenant, je ne parle pas des personnages dont ils sont supposés être sexy de base, voir même dans la photographie de type boudoir. Mais lorsqu’il s’agit de personnages qui sont supposés être des enfants ou ados, c’est une autre paire de manches. Et le problème, c’est que la gente masculine est plus attiré par ce genre de tendance.

En revenant sur Momokun, je peux vous citer son costume de Kanna Kamui, issue de Kobayashisan Chi no Maid Dragon. Pour info, le personnage est supposée avoir 9 ans (en théorie). Dans ce cas, l’idée est assez malsain.

Le pire, ce n’est pas dans la qualité de la photo, ni la vision à apporté. C’est tout simplement pour titiller nos « hormones ».

5. Tout pour la célébrité et l’argent, sans le moindre effort

Ce qui m’amène au dernier point que je trouve dégoûtant, pas forcément dans la communauté du Cosplay. Vivre de sa passion est un rêve pour tous. Mais c’est autre chose quand aucun effort est apporté dans leur travail.

Si l’on compare aux cosplayeurs Kamui Cosplay, Yaya Han, Jessica Nigri ou Edes FX, leurs créations sont faits par leurs propre moyens. Sauf dans le cas de Momokun, où ses costumes sont imparfaits, voir même basés sur d’autres créations, sans créditer l’artiste d’origine.  Même chose avec la « cosplayeuse » Amouranth, qui a gagné son succès avec des costumes achetés en ligne. Et elle parvient à gagner des donations sur Twitch, sa chaîne Youtube et son compte Patreon, qui donne accès à ses photos NSFW.

En clair, les personnes qui gagnent leur vie via l’argent de leur fanbase, sont les personnes qui n’ont aucun scrupules. Et ça montre la triste situation des fans de cosplay. La plupart ne jugent que pour l’apparence physique et non pour la création du costume.

C’est un peu pour ça que je continue à soutenir ceux qui essaient de se faire connaître dans le monde du cosplay.

Avant tout, le cosplay reste, comme tout autre activité, une passion à partager, et non à exploiter.