Le 2 avril marque la journée international de l’Autisme, sur la sensibilisation des personnes atteintes de ce trouble du développement humain. À cet occasion, je souhaite vous partager mon quotidien, ainsi que mes difficultés dans la vie.

L’autisme fait partie des troubles du développement humain, ce qui reflète par un manque de communication sociale, et un « trouble » du comportement. Bien que les symptômes apparaissent vers le plus jeune âge, ça peut se retrouver même à l’âge adulte. Mais ce n’est pas pour autant, une fatalité. Avant tout, nous sommes différents, malgré la citation que « nous sommes nés égaux ». Les personnes autistes, ont tout simplement une façon d’observer le monde, différent d’une personne « normale ».

J’étais assez perplexe de faire un article sur ce sujet, car je fais partie de ces personnes atteint d’autisme. Je suis reconnu, actuellement, en tant que travailleur handicapé et je suis suivi par un psychiatre et un service d’aide à l’insertion professionnelle pour autistes. C’est difficile d’en parler, surtout dans un blog parlant de la culture Geek et du jeu vidéo. Mais c’est avant tout pour partager les difficultés au quotidien, et peut être donner des conseils qui sont la même situation.

L’autisme en France – 1% de la population y sont touchés.

Pour rappel sur la situation, 1% de la population sont atteint des Troubles Spectrale de l’Autisme, dont 80% des enfants ne sont pas scolarisés. Toutefois, certaines personnes ont du mal à comprendre ce qu’est l’autisme, quitte à le considérer comme un trouble psychologique. Au contraire, c’est un dysfonctionnement cérébrale qui fait que notre perception est altéré. Nous avons une manière de développer notre imagination, notre intelligence et d’interagir avec notre environnement. Nous avons des centres d’intérêts qui sont restreints, mais peuvent s’épanouir à travers ces sujets.

Dans mon cas, j’avais à passer vers le CP d’adaptation, car j’avais eu du mal à m’intégrer dans le système d’éducation. Et au final, j’étais parvenu à atteindre le niveau de Master, au cours de mon éducation, puis d’avoir un emploi dans le Web, en tant que salarié et indépendant.

Pour ce qui est de mes centres d’intérêts, c’est bien-sur la culture Geek : jeux vidéos, mangas, cartoons, et j’en passe. Et j’aime partager cette passion auprès d’autres personnes qui ne sont pas forcements des fans. D’où la raison, de créer et développer ce blog, depuis 2015.

Pour ce qui de la communication sociale, j’avais eu l’occasion de rencontrer des personnes exceptionnels, durant ou en dehors des conventions geeks. Et je suis resté reconnaissant d’avoir pris connaissance avec eux, malgré une forme d’anxiété sociale.

Des difficultés à surmonter dans la vie

Il faut dire que la vie d’autiste n’est pas si simple. Chaque jour, ce sont des efforts mentale à apporter, qui peuvent être plus élevés que la norme. Autant dans le contrôle de soi, mais aussi dans l’intégration sociale.

Dans mon cas, j’ai du mal à regarder les personnes dans les yeux, ou à interagir dans des discussions banales. Hors de nos centres d’intérêts, on peut rentrer sous une forme de mutismes. Et pour ma part, j’essaie de m’y intéresser à la « pluie et au beau temps ».

Une autre difficulté reste le contrôle des émotions. Dans mon cas, j’ai du mal à comprendre la rhétorique, accepter ses erreurs ou se sentir blesser par un commentaire sec. Ça m’est arrivé au travail, mais aussi dans une discussion entre amis. Enfin, il m’arrive de me sous-estimer, dans mes compétences et mes résultats. Ce qui peut amener à un manque de confiance en soi, mais aussi auprès de l’entourage.

Un autisme qui peut être une force dans le travail

Ce n’est pas pour dire que l’autisme est une faiblesse. Il peut y avoir un avantage qui peut être bénéfique pour la société. Un exemple serait dans les entreprises de la Silicon Valley, comme Microsoft. Ici, la plupart des employés sont issus du spectre d’autisme. Et peuvent montrer des compétences élevés dans la programmation.

C’est d’ailleurs mon cas dans la vie quotidienne et professionnelle. Le fait d’être minutieux dans le détail permet d’offrir une meilleur qualité de travail. C’est surtout dans le codage, la manière de jouer, mais aussi la photographie.

Autre point fort de vivre malgré cet handicap, c’est la reconnaissance. J’avais fait un interview pour l’association GoTaku et j’avais parlé des conseils à apporter à une personne se lançant dans un projet. Et c’est de rester humble aux opportunités offerts.

J’avais eu la chance de rencontrer des gens formidables, qui reconnaissent le travail apporté, quittes à le partager aux autres. J’avais aussi affronter des joueurs ayant un meilleur niveau que moi, durant des tournois de jeux vidéo. Et le tout, sans me vautrer dans mon égo. Car au final, il y a toujours des personnes qui sont meilleurs que moi. Le but n’est pas d’être au top, mais d’être reconnu comme un égal et d’utiliser ses compétences pour le bénéfice de ceux dans le besoin.

Au final, comment vis-tu avec ton « handicap » ?

Il y a plusieurs personnes connus qui sont atteins d’autisme : Stanley Kubrick, Albert Einstein voir Wolfgang Amadeus Mozart. Et avant tout, l’autisme n’est pas un obstacle insurmontable. Le soutien de la famille et des proches peuvent contribuer au développement sociale. Et peut donner une vision différente de la vie. Nous sommes tous différents, mais un autiste peut donner un supplément, qui peut se transformer en bénéfice. Tout ce qui est nécessaire, c’est acceptante d’autrui et de soi-même.